De l’impact de la vitesse d’obturation

Principes généraux

La vitesse d’obturation est l’appellation du temps durant lequel l’obturateur reste ouvert pour capturer la photo. Plus l’obturateur reste ouvert longtemps, plus il y a de lumière qui peut atteindre la capteur et donc plus le diaphragme de l’objectif peut être fermé et/ou la sensibilité iso baissée. À l’inverse, plus le temps d’ouverture de l’obturateur est court, plus il faut ouvrir le diaphragme de l’objectif et/ou monter la sensibilité iso pour obtenir une exposition correcte de la photo.

La vitesse d’obturation se mesure en fraction de seconde ou en secondes. La plupart des boîtiers ont des vitesses d’obturations comprises entre 1/4000s et 30s.

Il existe un mode appelé mode Bulb qui permet de garder l’obturateur ouvert plus longtemps que 30s. Dans ce cas on appuie une fois sur le déclencheur pour ouvrir l’obturateur et une seconde fois pour le refermer. Pour éviter le flou de bougé du photographe, une télécommande est conseillée pour cette utilisation spécifique.

Vitesse d'obturation lente pour capturer le maximum de lumière
L’obturateur est resté ouvert 15 secondes pour cette photo, ce qui m’a permis de ne pas monter trop haut en sensibilité et d’utiliser une ouverture me permettant d’assurer une bonne profondeur de champ
À retenir

Un temps d’ouverture court, appelé vitesse rapide, permet de figer un mouvement rapide de manière nette.

Un temps d’ouverture long, appelé pause longue, permet de de capter plus de lumière mais aussi de flouter les mouvements du sujet ou du paysage.

Attention au flou de bougé

Le flou de bougé est la conséquence d’une vitesse d’obturation trop lente. Il existe deux types de flou de bougé :

Le flou de bougé du sujet

Pour un sujet humain qui n’est pas en mouvement, je recommande de ne pas descendre la vitesse sous 1/100s pour éviter que ses légers mouvements ne paraissent flous sur la photographie.

Vitesse d'obturation élevée pour figer le mouvement
Photo prise au 1/400s pour figer le mouvement de l’enfant qui sautait les escaliers

Le flou de bougé du photographe

Ce flou, dû au mouvements du photographe, est directement lié à la longueur focale de l’objectif. Plus la focale est longue, plus le risque est grand. Pour l’éviter, et si le sujet est parfaitement immobile, la solution la plus simple à mettre en oeuvre est d’utiliser un trépied. À vitesse lente, l’appui sur le déclencheur peut aussi occasionner un flou de bougé. Il est alors possible de déclencher en utilisant le retardateur de l’appareil photo ou une télécommande.

Il existe des objectifs et capteurs d’appareils photographiques stabilisés qui, par un déplacement de lentilles ou du capteur, permettent de compenser les mouvements du photographe. Il est fortement conseillé de couper la stabilisation de l’objectif et/ou du capteur lors de l’utilisation d’un trépied, la stabilisation cherchant à compenser des mouvements inexistants, elle peut occasionner un léger flou sur l’image capturée.

Sans système de stabilisation, il est habituellement conseillé de ne pas descendre la vitesse sous le rapport 1/la focale, en tenant compte du coefficient multiplicateur lié à la taille du capteur (x1,5 en aps-c et x2 en 4/3).

Vitesse d'obturation trop lente
Photo prise depuis la voiture. Malgré une vitesse de 1/160s à 16mm, l’image est floue car la vitesse est trop basse

Attention, le paragraphe suivant contient des maths !

Par exemple, pour une photo prise au 50mm sur capteur plein format, il vaut mieux ne pas descendre sous la vitesse de 1/50 de seconde.

Sur capteur aps-c ayant donc un coefficient de 1,5, il faut multiplier également la focale par 1,5 avant le calcul. Pour un capteur 4/3, il faut utiliser un coefficient de 2.

Ainsi, une focale de 100mm sur 4/3 permet une vitesse minimum de sécurité de 1/(100 x 2) = 1/200 de seconde.

Pratiquer

Le meilleur moyen pour s’habituer à doser correctement la vitesse à employer en fonction des situations est de s’entraîner avec le mode S de son boîtier. C’est un mode semi-automatique. Ainsi l’opérateur se concentre sur le cadrage, la composition et la vitesse d’obturation et le boîtier calcule automatiquement l’ouverture et la sensibilité pour conserver une photo correctement exposée.

Une pensée sur “De l’impact de la vitesse d’obturation”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *